Proposition d’animation en vue d’enrayer une zizanie scolaire en milieu primaire

Citation
, XML
Auteurs

Abstract

Il arrive qu’une classe devienne ingérable malgré tous les efforts de l’enseignant car les problèmes entre les élèves sont trop variés mais incluent également trop de problématiques extérieure.
Cette animation propose de faire un atelier thématique amenant les enfants à y réfléchir, peut-être en discuter avec leurs parents et à gérer différemment les relations entre eux.

Description:

Buts :

Conscientiser les élèves des conséquences des attitudes.

Informer les élèves que ces problèmes ne sont ni neufs ni particuliers mais universel.

Donner des notions de relativisation et de distanciation.

Donner une introduction à l’élève de « moi et les autres ».

Enseigner les apparences et qu’une même action peut avoir plusieurs buts différents.

 

Moyens :

Présentation de la notion de tétravalence sociale avec des exemples imagés

Présentation du texte de Socrate sur les 3 tamis

Chanson « Laisser parler les gens »

Faire prendre conscience à chaque élève de ses bons et mauvais côtés afin de l’amener à mieux tolérer l’autre et le voir non tout en bien ou tout en mal mais pour ce qu’il est, globalement.

Un petit fascicule résumé sera laissé aux élèves.

Connaissances :

Vocabulaire des mots tamis, rumeur, zizanie, dénigrement [1]

Notions de philosophie et d’état

 

Locaux et disposition :

Si possible pas leur classe normale mais un grand local où ils peuvent être ensembles mais très éloignés les uns des autres. Si possible avec chaises et tables.

 

Public :

Pré-adolescents et adolescents de 10 à 15 ans.

 Peut aussi servir en séminaire de société, ironiquement

Durée :

Calculée pour prendre trois heures de cours + 10 minutes individuelles par élève

Une journée complète est nécessaire à la démarche complète de l’animateur

 

Limites :

Les élèves n’assimileront pas la majorité des concepts mais le côté décalé de la présentation créera un ancrage mémoriel permettant de la faire se rappeler dans certaines situations.
 

 Méthode:

Notions de tétravalence sociale (30 minutes)

 

Définition : sujet social sur lequel 4 vérités au moins sont possibles voire démontrables.

 

Par opposition au manichéisme qui consiste à ne voir les choses que de manière binaire : vrai/faux, blanc/noir, bon/mauvais, 0/1

 

Exemples pratiques :

 

On demande aux enfants de s’imaginer en hiver avec une pièce où ronfle un beau feu de bois tandis qu’il gèle dehors à pierre fendre et que le paysage blanc est glacé.

Un baie vitrée relie la pièce chauffée et l’extérieur, quand elle est fermée, si il fait 30°C à l’intérieur et -30°C à l’extérieur, quelle est la température de la vitre ?

 

Demander aux enfants d’écrire leur réponse sur papier puis attendre en répondant aux éventuelles questions.

Demander ensuite aux enfants qui ont écrit que la vitre est froide de lever la main, puis ceux qui ont écrit qu’elle est chaude de lever la main.

Deux options s’offrent alors, soit tous les enfants ont levé la main et on passe à l’explication tétravalente, soit quelques enfants n’ont pas répondu et on les encourage à expliquer pourquoi ou bien certains enfants encore ont une autre réponse.

Interroger ces enfants sur leur autre réponse, en faisant attention de pas laisser ridiculiser l’enfant ayant répondu comme un clown mais s’en servir comme d’un ressort comique pour introduire la suite.

 

Explication tétravalente :

Vous regardez des enfants jouer dans la neige et touchez la vitre, un enfant dehors, sans sa moufle fait de même : Pour lui la vitre est chaude, pour vous la vitre est froide, la vitre n’est ni chaude ni froide mais à l’équilibre, la vitre est à la fois chaude et froide si on la regarde couche par couche.

Expliquer ici que la notion de chaleur est une perception donc pour une personne qui est dans 30°C,  toucher quelque chose à 0°C, c’est froid, pour quelqu’un dans -30°C, toucher quelque chose à 0°C, c’est chaud ou presque. Dessiner la réalité physique et montrer la possibilité de dispute entre deux personnes qui ont en fait tous les deux raisons.

 

Montrer aussi un exemple de vision à travers des verres colorés, expliquer que chacun voit la vie à travers son caractères donc un même fait vu par deux personnes peut avoir deux version différentes soit parce que leur angle de vue est différent et donc qu’ils voient la même scène mais des éléments différents soit parce que leur jugement, vécu, attache, … leur fait voir les choses de manière différente.

 

Oser prendre l’exemple de l’actualité du bijoutier de Tubize ?
Point de vue du bijoutier qui pense défendre les siens et tirer en se pensant en défense dans un situation visuelle de danger devant des cambrioleurs armés et le point de vue des familles des cambrioleurs qui estiment que se défendre revient à commettre un meurtre. Démontrer que la différence de point de vue selon son appartenance et ses valeurs peut aller jusqu’à l’absurde. Se demander quelle aurait été le discours des familles des cambrioleurs si les leurs avaient tué le bijoutier ou toute sa famille.


 

Texte de Socrate sur les 3 tamis (20 minutes) 

 

Socrate (en grec Σωκράτης / Sōkrátēs) est un philosophe de la Grèce antique (Ve siècle av. J.-C.), considéré comme l’un des inventeurs de la philosophie morale et politique. Il n’a cependant laissé aucune œuvre écrite ; sa philosophie s’est transmise par l’intermédiaire de témoignages indirects (en particulier par les écrits de ses disciples Platon et Xénophon).[2]

« Apollon Délien, salut, et Artémis, enfants illustres.
Ésope dit une fois aux habitants de la ville de Corinthe
de ne pas juger la vertu à l’aune de la sagesse d’un verdict populaire
[3]. » [2]

Définitions à maîtriser :

Tamis : Sorte de crible, de sas qui sert à passer des matières pulvérulentes, les liquides troubles, etc. Peut être composé d’une grille aux mailles plus ou moins fines. 

Démonstration pratique du tamis :

Prendre un pot contenu du sable et divers caillou, y compris, par exemple une pyrite (sulfure de plomb).

Tamiser devant la classe le mélange et aborder les sujets suivants :

Tamise-t-on pour pour n’avoir que du sable ou pour récupérer les gros objets ? Notion qu’une même action peut avoir plusieurs buts différents et que l’on peut également tamiser plusieurs fois avec différents filtres.

La pyrite est-elle de l’or ou semble-t-elle précieuse alors qu’à l’inverse de l’or, c’est une substance toxique ? Notion de être et sembler.

Texte : [3]

« Un jour quelqu’un vient voir Socrate et lui dit:
 - Ecoute Socrate, il faut que je te raconte comment ton ami s’est conduit.

 - Arrête ! interrompit l’homme sage. As-tu passé ce que tu as à me dire à travers les trois tamis ?
 - Trois tamis ? dit l’autre, rempli d’étonnement.
– Oui mon bon ami: trois tamis. Examinons si ce que tu as à me dire peut passer par les trois tamis. Le premier est celui de la
vérité. As-tu contrôlé si tout ce que tu veux me raconter est vrai ?
 - Non je l’ai entendu raconter et…
 -Bien bien. Mais assurément, tu l’as fait passer à travers le deuxième tamis. C’est celui de la bonté. Est-ce que ce que tu veux me raconter, si ce n’est pas tout à fait vrai, est au moins quelque chose de
bon
?
Hésitant, l’autre répondit:
 - Non, ce n’est pas quelque chose de bon, au contraire…
 - Hum, dit le sage, essayons de nous servir du troisième tamis, et voyons s’il est
utile
de me raconter ce que tu as envie de me dire…
 - Utile ? Pas précisément…
 - Eh bien ! dit Socrate en souriant, si ce que tu as à me dire n’est ni vrai, ni bon, ni utile, je préfère ne pas le savoir, et quant à toi, je te conseille de l’oublier… »

 

 

Questions aux élèves et animation :

Pourrait-on dire que Socrate utilise ici une vision tétravalente ? Pas tout à fait, il n’utilise pas la tétravalence mais utilise sa démarche de décomposer en états, c’est une vision analytique.

Sous quelle forme et quels sont les 4 états qu’il choisit?

Vraix/faux, bien/mal, utilise/inutile et le 4ème étant celui de son interlocuteur, aucun, zéro.

 

Revenons à présent à l’expérience avec la pyrite.

Si je vous avais soutenu que cette pierre était de l’or, l’auriez-vous cru ? 

Aurais-je menti ou me serais-je trompé ?

Discussion autour de la différence entre mensonge et erreur.

 

Dans votre réaction à cette expérience, vous pourriez avoir quatre états :

  • Mentir en disant que vous avez-vu de l’or alors que vous avez été détrompés (F)
  • Dire la vérité en parlant de la ressemblance de la pyrite et de l’or (V)
  • Transmettre une erreur si vous dites avoir vu de l’or et que moi-même je n’en  (E) savais rien
  • Sans opinion, zéro (0)

 

Mise en situation dans le cadre de la « Ruée ver l’or »

Des mineurs improvisés n’avaient parfois même jamais vu d’or pur ou natif et partirent avec une vague idée ou description.

La frustration et les privations aidant, certains tombèrent sur des gisements de pyrite et revinrent en se croyant riche, souvent en se vantant, envoyant d’autres mineurs sur ces faux filons.

Détrompés lorsqu’ils tentèrent de vendre cet or, combien, croyez-vous essayèrent de prévenir ceux qu’ils avaient involontairement trompé de la méprise? Et même si ils essayaient, la majorité des mineurs croyaient désormais qu’ils cherchaient seulement à les décourager afin de garder tout le gisement pour eux.

Bien entendu, certains, en connaissance de cause vendirent aussi de faux gisements.

 

4 états : Vrai : je dis que c’est de la pyrite, Faux : je vends un faux gisement, Erreur : c’est de la pyrite mais je me vante à tort, Zéro : je me tais sur le sujet

 

 

Chanson « Laisse parler les gens » de J. Labylle et Cheela featuring J. Desvarieux & Passi (20 minutes)

 

On peut regretter le ton cru et parfois grossier de la chanson, néanmoins vu la situation et les termes déjà utilisés quotidiennement dans l’entourage de beaucoup d’enfants, cette chanson normalement adressée à un public plus adulte reflète bien la réalité de la situation même si ce sont ici des préoccupations d’adultes, des pré-adolescents sont déjà aptes à comprendre aussi que leurs propres actes sont influencés par des choses qui concernent des relations entre adultes ou entre d’autres enfants.

Présentation aussi de la notion de « rumeur ».

 

Le côté créole de la chanson démontrera aussi l’universalité de ce genre de problème mais aussi que partout c’est difficile de le gérer et donc du devoir de chacun de se comporter de manière acceptable dans son milieu.

 

Paroles de la chanson : [4]

«  Laisse parler les gens« 

« Hey yo
Yeh man
Special comin’
Jocelyne Sheila original chow
Yeh man, respect all time

Laissons parler les gens
Laisse parler les gens

Moi je viens d’Afrique et tu viens d’ailleurs
Et alors ?
Je viens des Antilles et moi je vis ailleurs
Et alors ?
On dit que chez toi les hommes sont tous bon parleurs
Et alors ?
On dit du mal sur vos hommes et leurs valeurs
On s’en fou !

Laissons parler les gens
Laissons parler les gens vas y, vas y
Laisse parler les gens

On dit que ton gars à déposé les clefs
Et alors ?
On dit que c’est pas lui le père du dernier (ah bon ?!)
Et alors ?
On m’a dit que t’as des factures à payer
Et alors ?
Que tu es pourchassée par tous les huissiers
On s’en fou !

Hey ma sœur si tu emprunte le chemin de « je m’en fou »,
Tu vas te retrouver au village de « si je savais » !

Laissons parler les gens
Laisse parler les gens
Laissons parler les gens
Oui laisse parler les gens

Hum c’est bon ça
Va chercher bonheur à gauche
Va chercher bonheur à droite
Hum Jacob…

Va chercher bonheur à gauche
Chercher bonheur à droite, oui va
Qu’est-ce qu’il dit Passy ?
Laisse parler les gens
Laisse, laisse parler les gens

On s’en fou !

On dit que tu aime te la raconter
Et alors ?
On dit que c’est toi le miel des hommes en soirée
Et alors ?
On dit que tes vêtements c’est du prêt à prêter
Et alors ?
On dit que c’est toi la pétasse du quartier
On s’en fou !

Laissons parler les gens, vas y, vas y
Laisse parler les gens
Laissons parler les gens
Oui, laisse parler les gens

On dit qu’avec la bouteille tu t’es marié
Et alors ?
On dit aussi que ton mari est fauché (c’est faux dè !)
Et alors ?
On dit que ton petit ami est un gay
Et alors ?
On dit ci, on dit ça pour dénigrer
On s’en fou !

Tu m’envies et pourquoi ?
Demain on est plus, demain on est plus
Vis ta vie, oublie moi
Demain on est plus, demain on est plus

Laissons parler les gens
Liasse parler les gens
Laissons parler les gens
Oui, laisse parler les gens

Va chercher bonheur à gauche…
Va chercher bonheur à droite…
Va chercher…
Va chercher…”

 

 

Définitions à discuter

 

Rumeur: Bruit confus d’un certain nombre de voix. Bruit provoqué par quelque nouvelle imprévue et spécialement par une nouvelle suscitant un mécontentement. Mouvement de suspicion publique contre quelqu’un. Information diffusée dont la véracité est douteuse.

 

Dénigrement: Action d’entacher par son langage quelqu’un dans sa réputation. Action de déprécier, rabaisser une chose ou une personne.

 

Zizanie : Ivraie, mauvaise graine qui vient parmi le bon grain. Désunion, mésintelligence.

 

Le harcèlement, c’est le dénigrement systématique et/ou mauvais traitement d’une personne par une ou plusieurs autres.

La zizanie, c’est la discorde générale au sein d’un groupe.

La persécution, c’est le dénigrement systématique et/ou mauvais traitement d’un groupe par la majorité du reste de la société avec laquelle il vit.

 

La rumeur est un des outils de prédilection de ces actes et peut même parfaitement être créée par un tiers aux parties en présence sans même nécessairement d’intérêt dans l’affaire.

 

Retour sur la présentation de “La Ruée vers l’or” et les cas où une rumeur, une fois lâchée, peut devenir inarrêtable.

Présentation graphique des 3 cas.

 

Conscientisation  que l’on n’est ni tout à fait bon, ni tout à fait mauvais mais quelque part entre (30 minutes)

 

En classe, faire écrire aux enfants ce qu’ils considèrent comme leur meilleurs côtés, ce qu’ils voient comme leurs défauts.  Qu’est-ce qu’ils ne supportent absolument pas venant d’autrui et qu’est-ce qu’ils n’aiment pas. Spécifier aux enfants que ces papiers seront détruits à l’issue du travail.

 

Ils plient le papier et le remettent à l’animateur.

Ils retournent en classe normale et chaque enfant passera une dizaine de minutes en individuel avec l’animateur pour discuter de ce qu’il y a sur le papier.

A l’issue de tout ceci, les enfants se rassembleront une dernière fois et aura lieu 30 à 60 minutes de prises de parole pour ceux qui le désirent. Si personne ne parle, quelques questions ciblées seront posées par l’animateur aux enfants.

 

A l’issue de tout ceci, l’animateur leur demandera de regarder tous leurs papiers, de bien penser à tout ce qu’ils contiennent et de leur rappeler que l’ambiance et les relations entre les gens sont de la responsabilité de tous. D’essayer d’y mettre toutes leurs mauvaises pensées et de les laisser partir en fumée avec les papiers.

 

 

Enfin, les papiers sont brûlés devant eux (si possible à l’extérieur).
 
 
CREPIN Hugues

References

  • http://fr.wiktionary.org/wiki/Wiktionnaire:Page_d%27accueil
  • http://fr.wikipedia.org/wiki/Socrate
  • http://www.fraternite.net/parati/tamis.htm
  • http://www.nomorelyrics.net/fr/Passi/Laisse_parler_les_gens-paroles.html