La vraie crise humanitaire invisible (et silencieuse) vue de Belgique

· Analyse, économie, crise humanitaire, migrants

12243417_10153695270483328_5347021990832342565_n

Depuis cet été 2015, des vagues de migrants arrivent en Europe, allant crescendo et même avec une accélération malgré l’hiver qui arrive.

On nous dit que ce n’est pas inhabituel, que c’est prévisible et que c’est simplement le gouvernement qui ne veut pas et qui laisse pourrir la situation.

Ceci est partiellement vrai, oui, le gouvernement et plus particulièrement la N-VA font des efforts pour limiter l’arrivée des réfugiés et n’ont pas débloqués les moyens nécessaires à une bonne gestion de la situation. Mais non d’un autre côté car depuis 2000 avec plus de 42.000 réfugiés sur l’année (http://www.rtbf.be/info/belgique/detail_la-belgique-face-a-un-afflux-massif-de-refugies-reponse-en-chiffres?id=9050959 ), jamais dans toute l’Histoire de la Belgique un tel afflux n’avait été observé d’autant qu’il a brutalement explosé fin juillet 2015 (http://www.cgra.be/fr/chiffres), 20.000 réfugiés en 3 mois seulement et ce n’est pas fini. Arrivé durant août, cela a souffert des vacances pour la mise en place des plans d’urgence mais aussi du fait que personne ne peut prédire l’ampleur et la durée du phénomène. Le cabinet Francken est critiqué mais même lors des crises précédentes, jamais autant d’efforts et d’énergies n’avaient été déployés pour trouver des solutions et gérer autant de personnes à la fois. On ne dira pas que monsieur Francken et son cabinet ont été exemplaires mais il est injuste de ne pas reconnaître qu’ils ont géré l’inédit et même sans la fermeture des places d’accueil (qui n’étaient réellement plus utilisées datant souvent de la crise de 2000), on ‘aurait pas gagné plus de 2 à 3 semaines avant la saturation, l’afflux était autrement brutal. Soyons au moins reconnaissant, le précédent gouvernement n’avait pas pu gérer un afflux de quelques centaines de Roms en 2009 et 2013, ici on parle d’un afflux de 20.000 personnes en 3-4 mois, laissons leur le bénéfice de l’exercice et monsieur Francken et son cabinet bataillent tous les jours pour négocier des places aux quatre coins du pays, encore au moment où j’écris ces lignes.

Il y a un autre point exceptionnel, ce ne sont plus des migrations familiales mais essentiellement des hommes seuls, parfois avec des enfants avec des taux entre 65 et 90% d’hommes dans les vagues de migrations, les filles et les femmes sont majoritairement laissées derrière, dans des zones de guerre ou dans des camps de réfugiés largement infiltrés par les islamistes et dans des zones pratiquant un esclavage plus ou moins ouvert sans compter les risques de pillages, tortures, viols et meurtres. Potentiellement chaque migrant mâle isolé peut demander le regroupement familial d’une moyenne de 3 personnes.  (http://data.unhcr.org/mediterranean/regional.php, http://www.dailymail.co.uk/news/article-3263593/Syrian-wives-mothers-left-condemn-men-fled-country-ask-free-protect-wrong-leave-country.html ,)

Cependant, dans les camps, le ratio homme/femme est bien dans une proportion cohérente même curieusement beaucoup d’hommes pour une zone de combat  49.7% d’hommes contre 50.3% de femmes mais pour une raison inconnue,les proportions ne changent pas malgré la migration massive d’hommes d’où le soupçon qu’il manque des femmes:(http://data.unhcr.org/syrianrefugees/regional.php). Or mathématiquement, la déviation  minimale observable sur la masse des migrants qui sont passés en Europe et même pondéré des fraudes devrait être de 5% donc faire un 45/55.

 

Les statistiques officielles des migrants sont de 65% d’hommes pour l’Europe mais il semble atteindre les 75% pour la Belgique, la confusion est souvent que l’on fait une statistique hommes/femmes/enfants et généralement sans détailler le sexe des enfants chose qui change évidemment beaucoup l’éclairage de la situation, la manipulation des statistiques est d’ailleurs un art en manipulation politique, même les mathématiques peuvent être détournées. À titre personnel, j’ai l’impression aussi que les garçons sont majoritaires MAIS je n’ai rien pour le démontrer, aucun chiffre, aucune analyse n’est faite alors que cette donnée est essentielle et change l’éclairage de la situation. Mise à jour, jusque 85% des enfants migrants sont bien des garçons, source: http://www.tdg.ch/monde/enfants-arrivent-seuls-rescapes-horreur/story/18984254 , http://ec.europa.eu/eurostat/statistics-explained/index.php/Asylum_statistics/fr

 

Le problème aussi est que désormais on voit des enfants parce que les dossiers de migrants avec enfants surtout avec parent isolé est passé en priorité par rapport aux autres et que dans les cas d’enfants en bas âge, il n’est même pas possible de déterminer si l’enfant correspond bien à l’adulte qui le porte à moins de tests ADN éthiquement discutables mais signifiant également qu’il existe un risque de trafic d’enfants en bas âge, cela a déjà été observé dans d’autres conflits mais pas à une telle échelle (au mieux les tests ADN ne sont éthiquement et techniquement possibles qu’entre une mère et son enfant, avec le père, la situation est … délicate et pose problème pour les enfants recueillis ou adoptés sans compter un aspect de respect).

C’est une migration 2.0 (https://hcrepin.wordpress.com/2015/09/11/an-2015-migration-en-2-0-linvasion-naura-pas-encore-lieu/) car l’utilisation des smartphones est massive, des applications servent littéralement de GPS aux migrants pour les orienter et les répartir. C’est un mal et c’est un bien, un bien parce que cela permet que la situation est partiellement contrôlée par des gens qui envoient les migrants là où il y a de la place donc évite les drames inutiles, c’est un mal parce que les pays qui travaillent le mieux sont pénalisés, on les charge autant que possible et il y a des erreurs parfois aussi. En Belgique l’arriéré d‘inscriptions avait été résorbé en octobre 2015 mais les aiguilleurs pensaient qu’il y avait 1000 places de libres au WTCIII pour une nouvelle vague. Las, les structures d’accueil belge, pays de 11 millions d’habitants et de 30.000 km² patine et nous n’avons pas les logements en suffisance pour faire sortir les migrants des structures d’accueil donc 500 places étaient encore prise par des gens en attente d’une structure d’accueil (le climat belge, surtout à la veille de l’hiver ne permet pas l’hébergement sous tentes de grandes quantités de personnes). Donc nous nous sommes retrouvés avec un afflux mal calculé poussant plus de 300 personnes à dormir dehors pour plusieurs jours, l’accueil privé volontaire étant saturé aussi.

Nous ne sommes donc en rien dans une situation classique ni sous contrôle, le gouvernement en plus joue l’apaisement et épuise les budgets ne voulant pas emprunter ou lever un impôt exceptionnel d’urgence qui serait très impopulaire ce qui signifie que les gens sont entassés mais leur dossier pas traité.

Voilà maintenant le second volet de crise, un dossier de réfugié demande de 6 mois à 2 ans pour être finalisé et son statut régularisé. Une fois qu’il a une régularisation, un logement et des ressources, il a quelques mois pour introduire une demande de regroupement familial qui, habituellement prend également de 1 à 2 ans pour être bouclé.

Ce qui signifie donc que les femmes et les filles passeront potentiellement de un an et demi à 4 ans voire 5 dans une des régions les plus dangereuses de la planète voire seront abandonnées, tout simplement.

Personnellement, je pense donc qu’il faut arrêter de jouer les autruches et prendre des décisions fermes car il est évident que laisser pourrir la situation est criminel et que notre gouvernement est belge dépendant partiellement de l’Europe, la gestion des crises humanitaires n’est pas explicitement de son ressort et aucun parti ne sort du bois ni n’explicite que ceci est bien une crise majeure qui exige des investissements conséquents et urgents ou de renvoyer tous les majeurs valides en Syrie pour que les femmes, vieillards et enfants ne soient pas broyés dans cette situation.

Personnellement j’ai mon opinion et je la détaillerai ci-après MAIS nous sommes dans une démocratie et je crois qu’il est temps de soumettre au peuple le prix et la responsabilité de la réaction à cette situation.

D’autant que si nous laissons faire, ces gens vont se rendre compte que les bobards que l’on leur a vendu dans les camps de réfugiés sont complètement faux, certains vont jusqu’à réellement croire que nous allons leur fournir un logement, une voiture et un travail ainsi que les visas pour faire venir leur famille. Quand ils vont tout doucement réaliser que non seulement ils pourraient ne jamais recevoir ni l’asile ni le regroupement familial et que leurs proches vont se faire exploiter voire pire, je ne peux pas prédire la réaction psychologique collective de déception que cela va générer. Oui, on leur a menti au départ et on ne leur explique pas vraiment la réalité ici non plus, certains le comprenne et demandent à repartir d’urgence chez eux tant qu’il est encore temps. Les séquelles humaines et psychologiques de tout cela seront terribles et nous, occidentaux, ne voyons en fait que l’aspect qui nous intéresse, la masse de migrant mais c’est l’arbre qui cache la forêt, fondamentalement, les migrants ne sont que l’amorce d’une immense situation dont la démultiplication est impossible à déterminer et où notre réaction ferme et claire est fondamentale.

Je crois donc qu’il n’y a que 3 positions réalistes :

  • Tous les adultes valides isolés sont renvoyés vers la Syrie surtout si ils ont laissé la famille là-bas ;
  • On crée un quota d’accueil avec des priorités et on budgétise mais on met une politique d’enregistrement rapide avec utilisation de B-fast pour rapatrier les familles abandonnées là-bas, y compris en Syrie ;
  • On reste ouvert mais les personnes qui ont de la famille sont enregistrées en priorité et avec utilisation de B-fast pour rapatrier les familles abandonnées là-bas, y compris en Syrie et on budgétise ou non mais selon le budget combiné à la quantité, l’accueil sera sommaire, temporaire ou non.

Dans tous les cas, il faut aussi des procédures drastiques pour s’assurer de la filiation entre les enfants en bas âge et l’adulte qui le porte pour ne pas encourager le trafic d’enfant y compris dans l’Union Européenne et des critères clairs et rapide d’expulsion pour les djihadistes ou les personnes dont les opinions sont trop radicales ou incompatibles avec les règles de vie dans l’Union Européenne.

Personnellement je défends la position médiane, décidons d’un quota courageux pour la taille et la richesse de notre pays et budgétons large. Mettons au moins 50.000 migrants par an sans tenir compte du regroupement familial mais cela signifie un budget d’au moins 2 milliards par an pour 50.000 migrants. Ne faisons pas un emprunt mais levons un impôt spécial, soyons responsables, courageux et dignes. Je ne nie pas qu’il faut au moins deux ans pour intégrer correctement (loi, histoire, coutume, géographie, …), apprendre au moins une langue, compléter la formation et leur fournir un logement digne qui leur permettra de reconstruire une vie car un conflit de ce type met souvent 10 à 20 ans voire plus pour se terminer donc ils ne repartiront probablement jamais, ce sera trop long, leur vie sera ici quand la Syrie sera redevenue pacifique et en sécurité ou alors il faudrait que soudainement les gouvernements occidentaux deviennent compétents en conflits et surtout en conflits civils, ce n’est encore jamais arrivé jusqu’ici.

2 milliards par an pour 50.000 fois peut être 3 personnes, mais c’est énorme ?

Non, c’est une projection minimaliste : payer un minimum social pour les personnes, financer le personnel d’accompagnement, financer les augmentations du service public en proportion, financer la rénovation et/ou la construction de logements décents, financer les formations, payer les sets de vie de base par habitant (vêtement, cuisine, meubles, …), …

Entretemps, il faut leur organiser des logements, les intégrer dans les écoles, dans le monde du travail ou associatif et ne plus raconter d’histoire, plus de la moitié n’est à priori pas capable de trouver un emploi chez nous à moins d’organiser un dumping social mais acceptons-le tel quel car notre pays n’est pas économiquement au beau fixe et selon la manière dont l’intégration sera gérée cela peut même empirer la situation mais je ne crois pas que raconter des sornettes sur la richesse qu’apporteraient automatiquement les migrants soit une bonne idée. Cessons de croire au Père Noël, partons du principe que pour commencer, ils n’apporteront RIEN, ils vont coûter.

Alors, oui, l’immigration peut être un bénéfice mais quand elle est gérée avec correction, respect, limites et discipline.

Soit, présentons le comme un investissement et pour qu’un investissement rapporte, il faut mettre les moyens suffisants et appropriés mais aussi écarter les escrocs et les fondamentalistes religieux comme idéologiques. En parallèle, il faut aussi des lois d’exception concernant ceux qui auront à gérer ou à utiliser les fonds pour les migrants, sélectionner uniquement des gens qui ont des biens à mettre en garantie et qui payeront de leurs biens et de lourdes peines de prison tout abus, bloquer ces biens et liquidités par des garanties bancaires et des actes notariés qui bloquent les ventes possibles afin que ces garanties ne puissent pas être dissipées et pas transférées à des tiers de paille.

Il faudra aussi augmenter l’administration, police, soins de santé et enseignement en proportion de cette augmentation de population.

Faisons ou ne faisons pas mais de la bonne manière et clairement, ne laissons pas pourrir et mourir silencieusement et à distance.

Je crois aussi que dans la mesure où l’on demande de payer, il faut le faire de manière transparente, par une consultation populaire afin que le pays, les régions assument totalement la solution, rendre cela démocratique et ne plus infantiliser les citoyens et résidents.

Cela peut être populiste et mener à des dérives mais ainsi chaque résident et citoyen assumera personnellement la situation, l’on peut aussi calculer le quota d’accueil selon la proportion des gens qui votent pour les solutions 2 et 3, partons que si 100% votent pour les solutions 2 et 3 mais pas la majorité pour la solution 3, illimitée, on prend un quota de 100.000 personnes. Prenons la situation plus réaliste où 30% des gens renvoient tous les valides, 65% votent pour le quota et 5% pour l’illimité, on prend un chiffre de 70.000.

Nous sommes des régions de Belgique, nous ne sommes pas au rabais, assumons d’être des salauds ou acceptons de financer, à hauteur de ne notre riche petit pays, de montrer l’exemple et de faire les choses bien.

Une pétition est donc créée en parallèle de cet article pour imposer au Parlement  par la voix du peuple de se prononcer sur la question:

https://lapetition.be/en-ligne/Prenons-une-decision-sur-l-asile-16584.html

Ceci avec la conscience pleine et complète que tout ceci n’est pas fini et que la Belgique tout comme l’Europe se doivent de réfléchir à ce nouveau monde et à comment gérer ces situations, il existe potentiellement plus d’un demi milliards de personnes qui rêvent d’Europe et pensent avoir de bonne raison d’y venir donc il faut trancher.

Thermographie aérienne de réfugiés passant la frontière entre la Slovénie et la Croatie

Thermographie d’une colonne de réfugiés vue par la police de Slovénie

 

Hugues CREPIN

 

 

 

 

Un commentaire

Comments RSS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :